• Français
  • English

Andromake

Lieux | Dates

Théâtre de La Madeleine de Troyes

22 Jan. 2013

  • 20H30
Théâtre Louis Jouvet de Rethel

05 fév. 2013

  • 20H30

Racine | Jon Fosse | Jean-Marie Lejude

Andromake

Présentation

En 1941, suite à une blessure, une jeune norvégienne se met à parler sa propre langue avec un accent allemand tellement prononcé qu'elle se trouve soupçonnée d’espionnage. Les protagonistes d’Andromake, ont eux aussi leur propre blessure et Jon Fosse s’emploie avec un plaisir malin à les faire se perdre au milieu de leurs propres mots. Atteints de ce syndrome de l’accent étranger et, plagiant le poème de Peter Turrini Je suis trop de personnes, ils pourraient s’écrier : « Je suis trop de langues ». Fruit d’une déstructuration savante réalisée par cet archéologue de l’âme qu’est Jon Fosse, l’Andromaque de Racine se mue ici en Andromake, texte de rupture qui abandonne la versification pour jeter un pont entre le classique et le contemporain, telle une main tendue où la passion amoureuse défie toutes les incompréhensions. Sur le plateau, huit personnages, deux langues et un seul langage : celui, accidenté, de l’Amour.

Distribution

Texte : Jean Racine / Jon Fosse

Mise en scène : Jean-Marie Lejude

Interprétation : Chad Chenouga, Catriona Morrison, Pierre Olivier Mornas, Gisèle Tortérolo, Hoang Lam-Tung, Nguyen Vinh-Xuong, Pham Ngan-Hoa, Phung Khanh-Linh

Scénographie, lumière et vidéo : Thierry Vareille

Son et vidéo : Pierrick Aubouin

Costumes : Théâtre national du Vietnam

Assistante à la mise en scène : Marine Mane

Décors et interprétariat : Théâtre national du Vietnam.

Production

Coproduction : Théâtre National de Hanoi, Centre culturel français de Hanoï, Ambassade de France, Théâtre Paul Eluard de Choisy-le-Roi

Soutien : Ministère de la culture et de la communication — DRAC Champagne-Ardenne, Conseil général de la Marne.

Plus d'infos

« Andromake rompt avec la notion sacralisée de l'héroïsme, avec une illusion dans l'amour, avec une écriture sous corset. »

L'Est Éclair

  • Crédit Thierry Vareille
  • Crédit Thierry Vareille
  • Crédit Thierry Vareille
  • Théâtre Louis Jouvet de Rethel - 5 février 2013 / Crédit Jean-Philippe Mazzia